jeudi, octobre 21, 2021

Le peuple afghan vit des moments d’incertitude et de peur avec le retour des talibans au gouvernement du pays. En tant que gouvernement autoritaire, les principales cibles de l’oppression sont les minorités. Là, surtout les femmes. La réalisatrice Sahraa Karimi, la première femme à présider la société publique afghane Afghan Film, appelle au soutien de la communauté internationale, avec la menace croissante pesant sur les femmes et la liberté d’expression dans le pays.

Karimi a écrit une lettre ouverte et publiée sur son compte Twitter vendredi dernier (13). « Tout ce que j’ai travaillé si dur pour construire en tant que cinéaste dans mon pays risque de s’effondrer. Si les talibans prennent le relais, ils interdiront tout art. Moi et d’autres cinéastes seront peut-être le prochain sur votre liste cible. Ils enlèveront les droits des femmes, nous serons poussés dans l’ombre de nos foyers et de nos voix, notre expression sera étouffée en silence », a-t-il écrit.

En savoir plus :

Le directeur est devenu président de la société publique en 2019. Toujours dans la lettre, Sahraa Karimi a énuméré certaines des personnes déjà victimes des talibans dans son assaut contre le gouvernement. « Ils ont torturé et tué l’un de nos humoristes bien-aimés, assassiné un de nos historiens poètes, assassiné le chef de la culture et des médias du gouvernement, tuent des gens affiliés au gouvernement, ils ont pendu des hommes publiquement », a-t-il dit.

Le cinéaste les appelle à les aider à faire en sorte que le monde s’inquiète de ce qui arrive à la population. Karimi cite un moyen d’aider en informant les médias les plus importants des pays. « Nos voix venaient d’Afghanistan », a poursuivi le réalisateur.

Le film afghan, présidé par Sahraa Karimi, a été fondé en 1968. Mais sous le gouvernement des Taliban, l’art a été interdit. Au cours des deux dernières décennies, les cinéastes sont revenus après l’invasion des États-Unis dans le pays en 2001, qui a également ouvert des espaces politiques et des écoles pour les femmes et les filles afghanes.

En 2003, le drame de Siddiq Barmak « Oussama » a remporté le Golden Globe du meilleur film en langue étrangère. « Kandahar » du réalisateur iranien Mohsen Makhmalbaf, enregistré en Afghanistan, a reçu le prix du jury à Cannes.

A lire

La Chine commence à offenser les versions de ses applications

La Chine a lancé une autre offensive contre le marché de la technologie, la cible du tournant est l’équivalent chinois des réseaux sociaux occidentaux,...

Le réalisateur afghan appelle au soutien de la communauté cinématographique

Le peuple afghan vit des moments d’incertitude et de peur avec le retour des talibans au gouvernement du pays. En tant que gouvernement autoritaire,...

Roblox répond aux commentaires sur les récréations de fusillades de masse en jeu

Roblox Corporation, la société à l’origine du populaire service de jeux pour enfants portant le même nom, a réitéré son engagement à continuer d’améliorer...